http://schoenelblog2.blogspot.com/ Lettre à l'Epouse 2: Le sens du shabbat

vendredi 23 janvier 2015

Le sens du shabbat

Je vais entamer une série d’études sur le shabbat et d’une manière plus générale les temps fixés par l’Eternel en essayant de résumer les choses au maximum sans en altérer le sens. La tétrade en cours actuellement est absolument exceptionnelle, car elle ne cale pas uniquement les éclipses de Lune sur le début et la fin des fêtes de l’Eternel, mais également l'éclipse totale du Soleil sur l’équinoxe de printemps qui marquait le début de l’année dans l’Antiquité. Nous entrons dans une nouvelle ère, quelque chose de neuf et comme on ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres, il convient de nous adapter à ce nouveau paradigme biblique.


Le Seigneur superpose Ses temps, sur ceux du zodiaque babylonien et de sa relation avec les dieux païens. Babylone et la Bible se font donc face dans ce nouveau temps. C’est un signe divin de dimension biblique majeure, marquant un temps précis et une ère biblique nouvelle. La seule fois où le Soleil fut totalement éclipsé en relation avec un évènement biblique, ce fut par Dieu Lui-même le jour où Jésus est mort sur la croix. Ce que nous lisons dans l'Évangile, c'est que le jour de la mort du Sauveur, depuis la sixième heure (midi) jusqu'à la neuvième heure (trois heures), toute la terre fut couverte de ténèbres (Mt 27, 45). Et, au moment où Jésus expira, le voile du Temple se déchira en deux, et il survint un tremblement de terre universel qui fendit même des rochers (Mt 27, 51). Mais ce n’était pas Lune qui en fut la cause. Les observateurs de l’époque font remarquer que cette obscurité fut toute prodigieuse, car une éclipse de Soleil ne peut avoir lieu qu'à la nouvelle lune, et la Lune était alors dans son plein puisqu’on était au jour de la Pâque. De plus, le soleil étant beaucoup plus grand que la lune, celle-ci ne peut en intercepter complètement la lumière; or, l'Évangile atteste que les ténèbres furent répandues par toute la terre. Enfin, l'éclipse du soleil eût-elle été totale, l'obscurité n'aurait pu se prolonger au-delà de quelques minutes, vu la rapidité du mouvement des corps célestes; et il est constaté par l'Évangile qu'elle dura trois heures. Ce qui s’est passé ce jour-là est l’accomplissement de la prophétie d’Amos : "En ce jour-là, dit le Seigneur, le soleil se couchera en plein midi; et je couvrirai la terre de ténèbres, alors qu'elle devrait être pleine de lumière" (Am 8, 9).

A la Pentecôte, l'apôtre Pierre cite un passage en référence à l'effusion de l'Esprit Saint dans le livre de Joël où le prophète écrit: «Le soleil se changera en ténèbres, et la lune en sang, avant la venue du grand et redoutable jour du Seigneur. Et il arrivera que quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé " (2: 31-32). Ce passage prend tout son sens dans le temps que nous vivons actuellement. Il y aura un très grand mouvement de l'Esprit Saint précédant le retour du Christ. Si l’apôtre cite ce passage, c’est en référence avec les ténèbres qui ont couvert le pays pendant la crucifixion de Jésus, mais il n’y eut pas de lune de sang simultanément. Il s’agit donc d’un signe pour les générations futures, la nôtre, où simultanément des gens vont se tourner vers le Christ pour leur salut et beaucoup vont s’en détourner pour suivre l’antéchrist.

Je suis intimement convaincu que les tétrades de 2014 et 2015 nous font vivre une révolution religieuse de dimension biblique et unique dans les annales de l’humanité. Les 6000 ans donnés à la création pour former l’Epouse, trouvent leur finalité dans le couronnement de celle-ci par l’avènement des israélites dans les derniers jours. Quand je dis révolution, je pèse bien mes mots selon son étymologie qui vient du latin "revolvere" rouler en arrière, et dans sa définition qui est un changement, un bouleversement important et brusque dans la vie d'une nation dans de nombreux domaines comme le social, la politique, l’économie, la culture, la morale, la science et bien sûr la religion.

Il suffit de regarder autour de vous pour se rendre compte que le monde change actuellement à une vitesse stupéfiante : révolutions arabes, révolutions des mœurs, révolutions monétaires et sociales, exode rural, changement climatique, etc… Tous ces changements dans le monde font l’actualité eschatologique et s’inscrivent dans les prophéties bibliques annoncées de longue date. Mais si le monde change pour produire une société antéchrist avec bientôt la bête immonde à sa tête, la Bible annonce également qu’en parallèle le peuple saint de Dieu subira des changements radicaux et rapides pour former une Epouse parfaite pour la venue du Messie qui viendra établir Son règne en renversant celui de l’antéchrist. Ce qui dans son principe est une révolution à l’échelle planétaire.

Mais quand on parle de révolution en religion, cela implique forcément de revenir sur la tradition religieuse, qui est le rempart absolu à toute velléité de changement. La tradition dans les religions, toutes tendances confondues, vise avant toute chose à boulonner un statut aux gardiens du dogme et de sa mise en pratique. Bref, certain rabbin vont défendre le principe de la cacherout comme une défense de la tradition ou un pasteur protestant la fête de Noël comme fête traditionnelle, etc. Or la tradition se désigne comme la transmission continue d'un contenu culturel à travers l'histoire depuis un événement fondateur. Selon ce principe, tous les religieux devraient vivre nus dans un jardin, au milieu d’une communauté composée exclusivement d’homme, puisque l’élément fondateur de la relation entre Dieu et les hommes commença dans le jardin d’Eden avec Adam.

Dans le jardin d’Eden Dieu a établi la base parfaite d’une création centrée sur l’homme à l’image de Dieu. Puis Dieu révolutionna Sa création en adjoignant à l’homme une femme. L’homme et la femme unis dans l’Esprit de Dieu, la création entière pouvait entrer dans le shabbat qui tel un sceau en parachevait la perfection. Las, la femme révolutionna sa relation avec Dieu en prenant l’initiative de son libre arbitre, ce qui produisit une nouvelle révolution dont la conséquence fut la séparation de l’esprit de Dieu de celui de l’homme. La césure se transforma alors en conflit ouvert, qui dégénéra au point que le créateur se repentit d’avoir fait l’homme et projeta de le détruire dans un déluge d’eau. L’œuvre de création divine repartait en arrière pour sortir du shabbat et produire une humanité qui marchait sans connaître Dieu.

Mais il restait un juste dans la personne de Noé et Dieu révolutionna ses relations avec l’homme en établissant une alliance nouvelle en Noé, alliance qui serait de nature nouvelle par rapport à celle établie en Adam. Avec Noé de nouvelles règles furent établies entre Dieu et les hommes souvent appelées lois noahides, qui sont une liste de sept impératifs moraux qui auraient été donnés, « d'après la tradition juive », par Dieu à Noé comme une alliance éternelle avec toute l'humanité. Une nouvelle tradition s’installa alors qui dura jusqu’à Abraham. Mais entre-temps, les hommes se corrompirent une fois de plus pour abandonner les lois noahides et se détourner de Dieu. La perversité des hommes fut alors telle, que  la colère de Dieu s’enflamma jusqu’à consumer les villes de Sodome et Gomorrhe. Mais une fois de plus un homme fut trouvé en Abraham pour restaurer la relation entre Dieu et les hommes. Une nouvelle alliance fut établie, avec la circoncision comme symbole inscrit dans la chair de l’acceptation de cette alliance. Dieu une fois de plus révolutionna ses relations avec l’homme par l’instauration de la circoncision qui s’inscrivit dans la tradition de la famille d’Abraham.

Abram fut à l’origine un adorateur de la Lune, comme son père. Jos 24:2 « Josué dit à tout le peuple : Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : Vos pères, Térach, père d’Abraham et père de Nachor, habitaient anciennement de l’autre côté du fleuve, et ils servaient d’autres dieux ». Le dieu tutélaire de la ville d’Ur où était établie la famille était le dieu Lune, quand la ville tomba, la famille partit pour Haran l’autre ville consacrée au dieu de la Lune. L’Eternel demanda alors à Abram de quitter et sa famille et son pays pour suivre un Dieu qu’il ne connaissait pas encore. En faisant cela il quittait le lieu de son adoration et de sa foi. Plus tard l’Eternel se laissa connaître à Abram et ils établirent une nouvelle alliance ensemble. Les noms théophores du dieu Lune d’Abram (père très haut) et de Saraï (ma princesse, nom de la parèdre du dieu Lune) changèrent, pour devenir Abraham et Sarah. Changer de noms signifie dans ce contexte, changer de dieu. Mais c’est également changer de temps. Les 2000 ans donnés aux patriarches vont céder leur place aux 2000 ans échus aux Hébreux. Abram qui s’identifie à la Lune devient également un marqueur temporel nouveau, une forme de nouvelle lune.

Ce qui se passe avec Abram qui devient Abraham, est en soi une véritable révolution entre Dieu et les hommes. Car Abram va devoir abandonner ses traditions païennes pour suivre Dieu selon de nouvelles règles. On ne peut comprendre cette révolution qu’en replaçant l’histoire dans son contexte. Abram vivait dans la ville d’Ur en Mésopotamie, qui avait pour dieu tutélaire Sin symbolisé par la Lune. Son rôle était fondamental dans les observations astrologiques et dans les présages qu'on en tirait. « Maître de la couronne », il est aussi le dieu de la royauté ; et ses grands prêtres et grandes prêtresses, dans les deux villes qui lui étaient consacrées, Harran, au nord de la Mésopotamie, Ur, au sud, étaient souvent de famille royale. Sin est le fils d'Enlil, le souverain de la terre. Il a pour épouse Ningal, la « grande Dame », pour enfants Ishtar (Vénus) et Shamash (Soleil).

Pour ce qui est de la fixation des temps, la Lune était le marqueur temporel principal qui rythmait la vie cultuelle au temps d’Abram. L’année était découpée en 12 lunes et une 13ème  était intercalée régulièrement pour compenser les décalages. Les phases du cycle de la Lune servaient de base pour établir le cycle des fêtes religieuses les plus courantes des temples mésopotamiens. Les semaines étaient des phases lunaires et les mois des lunes. L’année étant découpée par les solstices et les équinoxes solaires. Voilà en résumé rapide comment était organisée la vie d’Abram.

Les païens de la ville d’Ur, croyaient que les dieux avaient créé l’univers et les hommes  et donc que tout leur appartenait. Les dieux possesseurs de tout, l’administraient également en fixant les temps et le destin des hommes. Le roi du pays était donc toujours un dieu et le roi terrestre sont représentant ou pontife, celui qui fait le pont en reliant les dieux aux hommes. Le croissant de lune était le symbole du dieu Sin, généralement représenté disposé à l'horizontale avec les deux extrémités pointées vers le haut, le croissant lunaire ressemblait alors à une paire de cornes qui symbolisait également le taureau dominant le troupeau des dieux et guidant les étoiles représentées comme un troupeau de vaches. Porter les cornes devient alors un symbole de divinité et de gouvernance, la hiérarchie des dieux se définira même par le nombre de cornes empilées sur la tête des dieux. Sur terre les rois porteront d’abord des cornes comme symbole de leur autorité, qui se réduiront au fil du temps pour ne représenter plus que la couronne qui les supportait, à la fin il ne restera que la couronne royale. Le porteur de cornes est donc couronné comme chef du troupeau et comme roi qui se doit de respecter les règles que fixent les dieux. Les seuls à porter une coiffe à cornes actuellement sont les ecclésiastiques catholiques avec leur mitre.

Suivre les lunes selon les règles définies par le pontife d’Ur, revient à être administré et dominé par le Dieu Sin. Les cycles lunaires qui marquaient les antiques semaines et les nouvelles lunes les mois, entrecoupés de solstices et d’équinoxes solaires, renvoyaient toutes à des fêtes religieuses précises qui sont résumées dans le zodiaque babylonien qui met en relief les dieux et les temps. Les temps et les dieux sont donc indissociablement liés. Quitter ce système cultuel revient à refonder sur de nouvelles bases les relations entre Dieu et les hommes, c’est ce que symbolise le changement de nom d’Abram en Abraham.

Abram qui signifie Père très haut devient le Père des nations, dans ce cas précis cela désigne un changement de paternité. Celui qui était fils de Sin et avait rejoint la semence du serpent, est appelé par un autre Père, celui de toutes les nations, afin de revenir dans le giron de la famille divine, celle de la semence de la femme, soit l’Epouse divine. Abraham est donc un exemple à suivre par toutes les nations, celui de sortir d’un paganisme régi par des fêtes religieuses et des cycles de temps liés à des dieux païens. Libéré des dieux païens Abraham devient également le symbole du père qui conduit son fils sur le mont Sion pour le sacrifier, geste inachevé, mais que fera un autre Père pleinement 2000 ans plus tard avec Jésus le Messie d’Israël. Au travers d’Abraham nous touchons à des considérations bibliques conférents à l’universel.

Avec Abraham, implicitement les règles qui étaient définies par les dieux païens pour gouverner les hommes, vont être remplacées par de nouvelles. Les dieux qui régissaient l’humanité en réglant leur destin sur des cycles de temps qu’ils contrôlaient, vont eux-mêmes être intégrés dans un cycle plus vaste que Dieu contrôle et va organiser en s’y superposant quand la descendance d’Abraham aura atteint la dimension d’une nation. Les nouvelles lunes, le shabbat et les 7 fêtes de l’Eternel, formeront la matrice temporelle dans laquelle grandira l’embryon qui formera le corps d’une nouvelle Eve de nature purement spirituelle, le corps mystique de l’Epouse. 

Genèse 1:14 Dieu dit encore : Qu’il y ait des lumières dans le ciel pour séparer le jour de la nuit ; qu’elles servent à déterminer les fêtes, ainsi que les jours et les années du calendrier.

Exode 20:9  Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. 10,  Mais le septième jour est le jour du shabbat de l’Eternel, ton Dieu.

Psaumes 104:19  Il a fait la lune pour marquer les temps ; Le soleil sait quand il doit se coucher.

Psaumes 81:3-4 Sonnez de la trompette à la nouvelle lune, au temps fixé, au jour de notre fête ; Car c’est un statut pour Israël, une ordonnance du Dieu de Jacob.

Jérémie 17 : 22  Ne sortez de vos maisons aucun fardeau le jour du sabbat, Et ne faites aucun ouvrage ; Mais sanctifiez le jour du shabbat, Comme je l’ai ordonné à vos pères.

Colossiens 2:16 Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou du shabbat.

En lisant ces versets on constate une continuité biblique depuis le livre de la Genèse jusque dans ceux de la nouvelle Alliance et qui est particulièrement bien souligné par l’apôtre Paul. La très grande majorité des exégètes chrétiens inversent totalement le sens que l’apôtre Paul prête aux fêtes de l’Eternel et particulièrement au shabbat. Beaucoup renvoient cela à un acte légaliste appartenant au passé et qui est effacé aujourd’hui, alors que l’apôtre Paul dit exactement l’inverse dans le verset qui suit. Col 2 : 17 « ce sont (c’est) une ombre des choses à venir; mais le corps est du Christ. » L'ombre désigne une « silhouette sombre, plus ou moins déformée, que projette sur une surface un corps qui intercepte la lumière » (Larousse). Maintenant que nous avons défini ce qu'est une ombre, regardons ce que Paul déclare être une ombre par rapport au corps qui est du Christ.

Ne peut se comprendre comme faisant partie du corps du Christ (l’Eglise ou l’Epouse) que ceux qui mettent en pratique Son évangile comme exprimé en Matthieu 5 : 17 Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. 18  Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. 19  Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. 20  Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux.

Une justice qui surpasse celle des pharisiens se comprend dans le sens ou la tradition souvent remplace et annule les principes édictés dans la Loi. Un empilement de règles et de rites tirés de la loi orale ont étouffé jusqu’à l’annihiler le sens premier de la Loi écrite. C’est ce que Jésus souligne particulièrement en Marc 2 : 27  « Puis il leur dit : Le shabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le shabbat, 28  de sorte que le Fils de l’homme est maître même du shabbat. » Jésus rappelle aux exégètes de son temps qu’il ne suffit pas d’appliquer une règle, mais qu’il faut également en comprendre la signification spirituelle. C’est exactement ce que fait Paul quand il s’adresse aux Colossiens.

Encore une fois il faut replacer les choses dans leur contexte pour mieux les comprendre. Le monde romain antique était rythmé par toute une série de fêtes païennes liées au cycle du temps. On dénombrait seulement 55 jours ouvrables, les autres jours étant des fêtes religieuses et autant d’occasions de se réjouir en célébrant les dieux. Ces fêtes religieuses romaines, manifestations vivantes de la religion, sont inscrites dans le calendrier. À chaque étape de la vie de la cité correspondait une fête. Les Romains célébraient une fête presque un jour sur deux : les fêtes donnaient lieu soit à des cérémonies avec sacrifices, soit à des rites souvent étranges et obscurs, soit à des jeux. Les Romains attachaient une grande importance à l’observation rigoureuse des rites : un oubli, une négligence, obligeait à recommencer toute une cérémonie. Prières, vœux et sacrifices étaient les pratiques ordinaires des fidèles et se mettre en marge de la vie religieuse romaine revenait à se mettre en marge de la société, ce qui avait un impact important quant à la vie professionnelle ou civique. Le monde romain antique était un véritable bouillon de culture païen dans lequel commençait à se développer la nouvelle Eglise du Christ et c’est dans ce contexte particulier qu’est écrite la lettre aux Colossiens.

Comme au temps d’Abraham, c’est la Lune qui marquait les mois romains et les cycles étaient appelés Calendes pour la nouvelle lune, Ides pour la pleine lune et la None pour le premier quartier. Le calendrier liturgique, impactait toute la vie romaine et donc des Colossiens. Se démarquer du calendrier liturgique païen, revenait à faire corps dans une liturgie différente et donc soulignait de manière claire son appartenance à la religion du Christ. L’Eglise du Christ, dont la lumière inondait le corps, projetait donc l’ombre de son propre calendrier liturgique formée par les 7 fêtes de l’Eternel, la fête de la nouvelle lune et le shabbat, sur l’ensemble du monde romain païen dont il se démarquait nettement.

Quand Paul dit que personne ne doit être jugé au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des shabbats, car c’est l’ombre des choses à venir d’un corps qui vit en Christ, c’est en référence au monde romain païen qui jugeait les chrétiens comme  des fauteurs de troubles religieux et non comme une condamnation du christianisme par rapport à la pratique du judaïsme qui est une notion qui ne viendra que plus tard. La question de savoir si les chrétiens devaient ou non garder le shabbat n'est même pas discuté par Paul. Car le problème n'est pas de savoir si ces jours devaient ou non être observés, mais plutôt la façon et la raison pour lesquels ses jours étaient observés. Car Paul était confronté au double problème du paganisme extérieur et du pharisianisme intérieur et son incroyable amoncellement de pratiques liées à la tradition orale qui pervertissaient le sens même des fêtes et du shabbat. Les uns et les autres voyant d’un très mauvais œil se développer une nouvelle religion qui bouleversait tant leurs traditions religieuses.

Ce que Paul demande aux Colossiens, c’est de conserver intact le calendrier liturgique qu’impose la Torah, sans céder au formalisme traditionnel issu du pharisianisme, qui recommande pendant les fêtes ou le shabbat de ne pas faire ceci ou cela. Colossiens 2 : (pourquoi) vous impose-t-on ces préceptes: 21  Ne prends pas ! ne goûte pas ! ne touche pas ! 22  préceptes qui tous deviennent pernicieux par l’abus, et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes ?

Ainsi, que ce soit par la vie d’Abraham ou par les lettres de l’apôtre Paul, le même message transparaît. Révolutionnez vos vies en Christ en sortant du courant traditionnel de ce monde. Affirmez-vous comme faisant partie du corps du Christ en vous démarquant par rapport à ceux dont l’existence est calée sur des pratiques religieuses païennes et vivant sous la domination de dieux étrangers qui marquent leur empreinte jusque dans le calendrier. Entrer dans le shabbat et honorer les fêtes de l’Eternel revient alors à quitter l’empire des démons pour entrer dans le royaume de Dieu.

1 commentaire:

  1. Merci à toi, frère Schoenel, pour cette manne céleste que tu nous donnes au travers de tes études inspirées qui réjouissent toujours mon âme. Voilà, en effet, un certain temps que je dis que le temps vient où le Seigneur va déverser son Esprit sur ceux qui se seront préparés pour accomplir ce qu'IL va nous demander dans les temps qui vont précéder son retour. Cela se fera sur un temps assez court mais nous devons nous attendre à l'imprévisible de Dieu; cela ne sera pas comme au temps des apôtres ni des différents réveils: ce sera un temps nouveau pour cette période précise ! aussi préparons-nous dans la sagesse et l'obéissance à SA Parole en quittant la Babylone actuelle, sondons les écritures pour discerner les temps actuels et soyons à l'écoute du Saint Esprit qui va se répandre sur ceux qu'IL a préparés.
    Sois béni,
    Fraternellement en Yeshoua,
    Thérèse

    RépondreSupprimer

Comme je ne veux plus perdre du temps à répondre aux commentaires inutiles j’ai activé le filtre.